Napoléon Bonaparte à Villers les Pots (Cote d'Or) près d'Auxonne conçoit les jardin de son ami le capitaine Borthon de la Motte Talmay

NAPOLEON BONAPARTE

à VILLERS LES POTS

(Près d'Auxonne en Cote d'Or à 30 km de Dijon)

NAPOLEON BONAPARTE

chez son ami le commandant d'artillerie

Jacques BORTHON de la MOTTE de TALMAY

à la Faiencerie de Villers les Pots

carte-situation-villers web1.jpg

 Les liens vers les articles du journal LE BIEN PUBLIC
du 23.04.2015

Cliquez ci dessus

n'hésitez pas à nous contacter à: napovillers@gmail.com


Le texte de Claude Pichard , ancien Maire d'Auxonne, en 1847

Extrait du livre : Napoléon Bonaparte à Auxonne

de Claude Pichard -  édition 1847

une 2ème édition fut publiée en 1857


(Source BNF - gallica.bnf.fr)


En 1883, Jean Edmond Borthon, dernier descendant de l'illustre famille Borton

qui allait malheureusement s'éteindre car sans descendance,

écrivait un ouvrage sur sa famille et son ancêtre Jean Borthon.

(dont extrait ci dessous)

Il y reporte et confirme le passage de Bonaparte chez son ancêtre Jacques Borthon à Villers.


Le 15 juin 1788
le jeune Napoléon Bonaparte
arrive  pour la 1ère fois à Auxonne où il vient prendre son affectation comme élève artilleur au

Régiment de la Fère.

Il va y séjourner une première fois 14 mois

et vivre la révolution depuis Auxonne.


Le régiment de la Fère vient tout juste d'investir d'Auxonne

en garnison depuis le 19 décembre 1787 .

Il est dirigé par le colonel De Lance et le

maréchal de camp Baron Du Teil y commande l'école d'artillerie.


L'école d'artillerie d'Auxonne est considérée alors comme l'une des meilleures de France et monsieur Lombard,

professeur de mathématiques depuis 1759,

date de sa création, contribue à cette renommée.

Le professeur Lombard est par ailleurs un passionné d'artillerie,

 il a d'ailleurs traduit l'ouvrage allemand

"Les nouveaux principes d'artillerie"

de Robins et Euler qui fait jusqu'alors autorité en la matière.

Il a aussi publié des "tables" pour le tir des canons.


On comprend mieux à la lecture de ces extraits de la traduction des
Nouveaux Principes d'Artillerie de Robins et Euler
l'importance du professeur Lombard et des mathématiques
ainsi que le niveau nécessaire pour assimiler de telles connaissances.

Napoléon Bonaparte est passionné de géométrie et s'accorde

donc naturellement très vite avec le professeur Lombard.

Le professeur Collombier va faire de lui un maitre du dessin,

des proportions architecturales et de la perspective

en lui faisant reproduire en outre

les systèmes de fortifications de Vauban .

  

Vue d'Auxonne au XVIIIème siècle - HST - Anonyme - Mairie d'Auxonne

Napoléon Bonaparte, pas encore agé de 19 ans (il est né le 15 aout 1769) a déjà

le grade de lieutenant en second depuis le 10 janvier 1786

soit depuis ses 16 ans!

Bonaparte Lieutenant d'artillerie à La Fère (par Raffet/Thompson)             
Bonaparte lieutenant-Colonel par Philippoteaux (Versailles)


Lors de son deuxième séjour de 4 mois du 12 février au 14 juin 1791 à Auxonne,

Napoléon Bonaparte n'est pas seul!

Il est accompagné de son jeune frère Louis

agé alors de 13 ans et dont il a charge de précepteur.

Il doit veiller sur lui et son éducation scolaire, morale et religieuse.

(Louis fera sa première communion à Auxonne avec l'abbé Morelet).
Nul doute qu’il l’accompagnait à Villers.

Louis Bonaparte, avant dernier des frères Bonaparte,

épousera Hortense de Beauharnais (la Reine Hortense) avec qui  il aura
Louis Napoléon Bonaparte
.



- Louis Bonaparte avec son fils Louis Napoléon.  
par Jean Baptiste Joseph Wicar (Musée Versailles).   

- La Reine Hortense à Aix les Bains par Antoine Duclaux ( Musée Thurgovie)
- Portrait de la Reine Hortense par Isabey Jean Baptiste (Père) (Musée Malmaison) -


 

Il deviendra roi de Hollande de 1806 à 1810.

C'est son fils Louis Napoléon qui deviendra l'Empereur Napoléon III.



Pour en savoir plus sur Bonaparte à Auxonne vous pouvez consulter l'excellente étude de Madame Martine Speranza:

NAPOLEON BONAPARTE A AUXONNE PAR MARTINE SPERANZA* (1)

premier séjour à Auxonne (1788 à 1789)

et

NAPOLEON BONAPARTE A AUXONNE PAR MARTINE SPERANZA* (2)

deuxième séjour à Auxonne (1791)

et sur le professeur Lombard:

JEAN-LOUIS LOMBARD – AUXONNE




Les qualités de dessinateur de Bonaparte

(voir article www.lepoint.fr)

et sa maitrise de la perspective architecturale n'échapperont pas au commandant d'artillerie

Jacques Borthon de La Motte Talmay qui bien que son supérieur hiérarchique deviendra son ami.

Il lui demandera d'étudier et de tracer les jardins de sa belle maison de

Villers les Pots par ailleurs faiencerie.


La faïencerie de Villers les Pots  possédait une grande terrasse plate

d'environ 50 x 40 mètres, plantée de tilleuls,  avec un bassin central doté d'un jet d'eau et

d'un arbre exotique (en propriété privée aujourd'hui):

le Sophora Japonica tout juste introduit en France, arbre alors très à la mode et apanage des riches familles.

Au delà de la première terrasse, en contrebas d'un mur et de jolis escaliers, un grand jardin d'une longueur double de la terrasse, équipé lui aussi, dans la partie centrale, d'un bassin avec jet d'eau,

se terminait par un bosquet de charmilles  avec des bancs en pierre.

Des anciens de Villers les Pots se souviennent de ce bosquet, des bancs et du bassin avant

que l'usine de la SITPA ne se construise.


Ils se souviennent qu'on l'appelait:

La Charmille Napoléon


La maison Borthon déjà tuilerie et faiencerie artisanale fut

ensuite le siège en 1826 d'une autre faiencerie appelée Fevret et Talon jusqu'en 1846

avant que l'associé Armand Jean Baptiste Roux (1802 - Genlis / 9.3.1888 - Villers les Pots)

ne la rachète seul et construise en 1856 la faiencerie  dont les batiments de bureaux et d'habitation

subsistent sous le même aspect. Son fils Jules Roux prit la suite en 1888.


la faïencerie de Villers les pots vue de l'ouest aujourd'huvoir les dernières découvertes archéologiques c dessous:

La manufacture de faïence de Villers-les-Pots (Côte-d’Or) (1820-1910) : découvertes archéologiques récentes

Celle ci était la plus importante de Cote d'Or

en compétition avec celles de

Premières et de Lonchamp et elle produisait des céramiques

remarquables dont très peu de cette époque ne nous sont parvenues.


Seule Longchamp s'est poursuivie au XXème siècle avant de fermer

il y a peu, en 2013.


Vers 1910, la faiencerie fut rachetée par

monsieur Emile Jacob (1850-1919),

fondateur de Jacob-Delafon,

qui y produisit des produits sanitaires

jusque dans les années 1930.

Il y vécut même et une de ses filles,

Marie Elisabeth Cécile Hélène

décédée récemment en novembre 2012 à Dole,

y est même née le 7 juillet 1913.


D'où venait l'eau qui alimentait les jets d'eau?

Et comment les jets d'eau trouvaient ils leur force?


Les caves de la maison Borthon devenue  faiencerie Roux recèlent des sources fournissant un débit d'eau très intéressant comme d'ailleurs sur tout le long des premiers contreforts

de Villers les Pots.

Un système de canalisation de cette eau fut donc créé sous la terrasse supérieure par Bonaparte, le concepteur des jardins.

Du fait des travaux successifs réalisés par la suite

au XXème siècle la plupart des canalisations

du système ont apparemment été obturées sauf une

(en propriété privée),

qui nous permet d'imaginer ce qu'à pu être

ce système astucieux.   


Seul ne subsiste du bassin d'en haut

que le Sophora Japonica toujours égal à lui même

(voir les photos de la  faiencerie du début XXème)  


Un sophora peut vivre plus de 500 ans!


A nous de préserver ce qui est peut être

l'unique exemple connu d'un arbre qui aurait été

planté par Napoléon Bonaparte ou sur ses directives  


le saviez vous?

Les gousses immatures du Sophora Japonica

produisent un édulcorant naturel intense:

la Sophorose proche de la Stévia.


*******

Il est très difficile de retrouver les archives

concernant cet évènement,

une partie aurait été détruite, une autre a disparu.


Peut être qu'un jour nous retrouverons des documents

qui nous permettront d'en savoir plus et d'attester officiellement

ce qui demeure pour l'instant "une tradition populaire"

.Nos recherches se poursuivent.


Appel à tous!





Mr le professeur émérite Jean Rosen a fait dans son livre "Les Faienceries françaises du Grand-Est"

aux éditions CTHS une étude remarquable sur les faienceries de Villers les Pots,

de Premières et de Longchamp


cliquez ci-dessus ou ci-dessous pour la Faïencerie de Villers les Pots


La faiencerie de Villers les Pots au début du XXème siècle avec une partie du personnel et des familles.

Au centre la survivance du bassin-jet d'eau avec le Sophora


La faiencerie de Villers les Pots dans la première moitié du 20ème siècle.

Les jardins sous la terrasse avaient été confiés à des particuliers,

certainement des employés qui y entretenaient des potagers.


La faiencerie Jacob Delafon vers 1920.

On voit très bien au centre le bassin avec le sophora et la terrasse principale.

Le bosquet visible dans la partie inférieure droite était nommé "la Charmille Napoleon".

Extrait du cadastre napoléonien de Villers les Pots de 1824 avec
situation de la maison Borthon et des Sources de Villers les pots.

Les lavoirs ayant été réalisés au XIXème siècle n'existaient pas encore sous les aspects
que nous connaissons par les cartes postales.

Il est possible cependant que les sources aient déjà été utilisées à cet usage auparavant.

A noter: la source du lavoir central de l'église (voûte) est une source de type Vauclusienne.


*******

Ce qui était autrefois, au XIXème et dédut du XXème siècle,  la faiencerie de Villers les Pots.

Le cadastre actuel de Villers les Pots correspondant à la faiencerie.

La comparaison des cadastres napoléonien de 1824 et actuel

avec indication de l'entrée de l'époque et du bassin avec le sophora


Sur ces photos, la partie éclaircie correspondrait à peu près à l'emprise de la maison Borthon

La cour de la Faiencerie aujourd'hui en 2015.  A droite, le Sophora Japonica pleureur

Le Sophora pleureur (ici en hiver), peut être bien planté par Napoléon autour de 1789  (propriété privée)

...et en été 2015

Napoléon se rendait aussi souvent à la
Chapelle de la Levée de Villers les Pots:

Ci dessus: L’ancienne maison Labouèbe à Tillenay avec la stèle en hommage
à Napoléon et la source Sainte Philomène

et la chapelle de la Levée à Villers les Pots.

(Mais en fait voisines puisque de part et d'autre des limites communales)

Charles Edouard Rougeot (Paris 1807-Auxonne 1875)  Fontaine de la levée et grotte de la Vierge

(A Tillenay, à proximité de la Chapelle de la Levée, dite Chapelle Napoléon sur le territoire de Villers-les-Pots)

Huile sur Toile - vers 1850 - (musée Bonaparte d'Auxonne)




Cliquez, Imprimez nos affichettes et faites connaitre notre site -
Cliquez, Imprimez nos affichettes et faites connaitre notre site


Cliquez, Imprimez nos affichettes:
pleine page ou 4 par page ou 8 par page (taille carte de visite)

 

Laisser un commentaire sur cette page


 

               AVRIL 2015:  LE SOPHORA JAPONICA DE VILLERS A ÉTÉ  SÉLECTIONNÉ          POUR REPRÉSENTER LA BOURGOGNE A L'ÉLECTION DE  
L'ARBRE DE L’ANNÉE 2015!  

                           

MERCREDI 30 SEPTEMBRE 2015, 18H:

Les résultats sont tombés, après un très beau parcours et une exceptionnelle mobilisation, notre Sophora ne sera pas l'Arbre de l'Année 2015.

C'est le Fromager de Guyane qui l'a emporté pour le Prix du Public
et le Cèdre Bleu de Chatenay-Malabry pour le Prix du Jury.

Merci à tous pour votre soutien  
et n'oubliez pas:
la belle histoire du Sophora de Villers continue d'exister!

L’HISTOIRE,  
LES FAITS:

LE SOPHORA :


 3 JUIN 2016:

PAR UNE NUIT DE TEMPÊTE, LE SOPHORA QUI AVAIT RETROUVÉ UNE FORME ÉBLOUISSANTE GRÂCE AUX SOINS QUE LUI AVAIENT PRODIGUÉ  ROSITA ET GERARD, S’EST AFFAISSÉ SUR LUI MÊME SANS PROVOQUER DE DÉGÂTS HEUREUSEMENT.

SON TRONC ÉTAIT CREUX!

IL SE DIT QU’UNE MONNAIE DE LOUIS XVI DATÉE DE 1791
Y AURAIT ALORS ÉTÉ TROUVÉE,
ULTIME CADEAU DU SOPHORA?


AUTREFOIS UNE TRADITION EN VIGUEUR DANS LES CAMPAGNES CONSISTAIT A METTRE UNE PIÈCE DE L’ANNÉE EN COURS LORS D’UNE CONSTRUCTION OU D’UNE PLANTATION IMPORTANTE.

1791 : SERAIT CE L’ANNÉE DE PLANTATION DU SOPHORA?

LE SOPHORA N’EST HÉLAS PLUS VISIBLE
MAIS DES REJETS AURAIENT PU ÊTRE PRÉLEVÉS.

UNIQUE EN FRANCE ET MÊME
EN EUROPE:

CET ARBRE AURAIT ÉTÉ PLANTÉ PAR
NAPOLEON  BONAPARTE!

On n’a pas connaissance d’arbre connu qui aurait été planté
par ou à l’initiative de Napoléon Bonaparte.
Ce Sophora, rarissime à l’époque, l’aurait été!

Le Sophora Japonica de Villers aurait été planté en 1789 ou 1790
ou plus vraisemblablement 1791.

Il aurait donc connu Napoleon Bonaparte, qui deviendra Empereur des Français

et le grand capitaine d'Industrie Emile Jacob, fondateur du groupe Jacob Delafon

qui fut habitant et propriétaire des lieux.

Attention: cet arbre est en propriété privée, merci de contacter le propriétaire
pour toute raison le concernant


Un grand merci à mr K. propriétaire de l'arbre en 2015 pour son autorisation ainsi qu'à Rosita et Gérard pour leur travail.


E-mail: napovillers@gmail.com?cc=sgusatto@gmail.com&subject=demande sophora-tombé-03.06.2016.jpg sophora-tronc-creux.jpg

RETOUR VERS L’ACCUEIL

jeto-états-comté-de-d-auxon.gif